Category: anecdotes chinoises



Un jour mon professeur de qigong en Chine, pour je ne sais qu’elle raison m’a raconté cette histoire:

L’histoire du « Qu Ba Gun » (traduction barbare: le bâton qui fout le camp)

Il était une fois en Chine un grand maître d’arts martiaux qui avait une réputation tellement grande que tout le monde venait pour lui demander d’être son disciple. Par contre, un jour il en avait vraiment as le bol de se faire achaler par n’importe quel imbécile heureux qu’il dit à l’un d’entre eux: Ok je vais t’enseigner une technique vraiment avancé et quand tu l’auras maitrisée, reviens me voir et tu pourras devenir mon disciple. La technique s’appelle « Qu Ba Gun ». À chaque matin lorsque la rosée est tombée, tu dois aller devant un grand arbre et puis le frapper de toute tes forces puis réussir à te sauver sans te faire mouiller.

Bien-sur, le grand maitre savait bien que l’autre ne réussirait jamais cette prouesse alors c’était la meilleure façon pour lui de s’en débarrasser pour toujours.

Les jours passèrent et le futur disciple pratiquait sans cesse chaque matin cette redoutable technique de bâton.

Un jour, il arriva devant le grand maître et lui dit: J’ai réussi à maitriser la technique. Puis-je devenir votre disciple maintenant ?

Le maitre répondit, pas si vite jeune homme, tu devras me prouver ce que tu dis. Au même moment, un inconnu venu de loin arriva en criant je suis venu défier votre école. C’est alors que le grand maitre fit signe à son futur disciple d’y aller et de lui prouver sa réussite.

Le futur disciple arriva devant l’adversaire et lui dit: Êtes-vous prêt à débuter le combat ? Aussitôt qu’il répondit oui, il tomba sur le champ sans que personne ne voit ce qui s’était passé et le future disciple était toujours debout au même endroit.

à vous d’ajouter votre conclusion 🙂

Récemment un ami m’a parlé de ce livre:

http://www.1421.tv/

Il apporte certains faits que la Chine aurait fait le tour de la planète bien avant tous les européens. Ils auraient fait des échanges avec toutes les nations et auraient aussi laissés plusieurs traces dans le langage de plusieurs tribus amérindiennes et africaines.

Malheureusement, je ne l’ai pas encore trouvé mais j’ai vu ce reportage qui décrit bien l’histoire:

Je recommande à tous si vous pouvez de lire ce livre même si moi-même je l’ai pas encore fait. Si vous l’avez déjà lu, laissez moi vos commentaires pour m’aider à mieux décrire certains faits que je ne connais pas encore.

Merci 🙂

Alors que je m’entrainais avec Chen Xiang le matin dans le parc, un jour j’ai vu un autre maitre de xing yi quan qui était venu pour demander d’étudier avec Chen Xiang. Ce maitre était très différent, il agissait comme un paysan et il fumait pendant qu’il démontrait ses mouvements. Par contre, même avec cette attitude sa technique était très impressionante!

Pour ma part, je ne suis pas curieux de nature et je respecte toujours les enseignements de mes professeurs alors même si la plupart des autres étudiants étaient allé voir cette démonstration, j’ai continué de pratiquer dans mon coin mes lignes de bagua.

Après quelques temps, le maitre m’a vu du coin de l’oeil et s’est avancer vers moi par curiosité de voir un étranger pratiquer les arts martiaux chinois. Au début, je l’ai ignoré alors je crois qu’il n’a pas aimé ça et il a vu ça comme un manque de respect. Par contre, mon but était de perfectionner ma technique pour que Chen Xiang puisse me corriger et m’apprendre de nouveaux mouvements. C’est alors que le maitre de xing yi quan me dit avec sa cigarette dans le coin de la bouche: « Ta technique de baguazhang n’est pas bonne, tu as beaucoup de failles et ton corps n’est pas assez encré dans le sol. » Pour ma part, je n’avais aucun conseil à recevoir de sa part alors j’ai continuer de l’ignorer. Ensuite son côté obscure l’a entrainé à venir me tester alors doucement il est venu pour me faucher et disant que ma position n’était pas stable. Par contre, j’ai vu venir son pied et je l’ai évité en me déplacant vers l’autre côté puis je l’ai déséquilibré à son tour. Le maître est venu rouge de colère et d’un coup très brusque et rapide il m’a projeté au sol facilement pour me démontrer qu’il était d’un niveau pas mal plus haut que le mien. En me levant, j’était un peu confu car je ne savais pas trop si je devais continuer en mode défi ou bien simplement discuter avec ce maitre car je savais d’avance qu’il était meilleur que moi. C’est alors que j’ai entendu la voix de Chen Xiang au loin qui disait: « Laisse mon élève tranquile sinon tu vas avoir affaire à moi! ».

Ensuite, il s’en alla s’expliquer à Chen Xiang avec une attitude gênée et respectueuse. Quelques minutes plus tard, j’avais fini de faire tous mes exercices alors mon ami Kiran qui était Suisse est venu me voir et m’a dit : « Viens voir ce que fait ce maitre ». Donc je suis allé voir ses prouesses. C’est alors qu’il m’a impressionné car il était capable de déplacer son « Dan Tian » (centre d’énergie), un peu partout dans son corps, un peu comme une boule d’énergie qu’on déplacerait sous la peau. Il pouvait même gonfler son ventre vis-à-vis ses côtes, son dos et même sa gorge. Ce qui l’aidait à se protéger en cas de coups frappés à certains de ces endroits. J’ai même pu tester moi-même avec un coup de poing de toutes mes forces dans ses côtes et il resta dans broncher toujours avec une cigarette à la bouche !

Par contre, ce qui m’a impressionné le plus c’est lorsqu’il a dit que peu importe à quel point il nous avait impressionné, Chen Xiang était selon lui d’un niveau très supérieur au sien et c’est pour ça qu’il voulait devenir son élève. Par contre, Chen Xiang ne voulait pas de ce genre d’élève car selon lui il n’avait rien de plus à lui apprendre.

* En fouillant pour trouver une photo de Chen Xiang j’ai découvert cette page où on parle un peu de Chen Xiang et d’un test scientifique qui a été fait à l’université de Standford en Californie sur les forces de l’énergie interne:
http://qi-harmony.com/the-taiji-difference/

Durant mon séjour en Chine, j’ai vu beaucoup d’experts en arts martiaux de tout genre mais un des quelques qui m’a impressionné le plus est nul autre que Chen Xiang. À l’origine un pratiquant de Ba Ji Quan (8 forces extrêmes), Chen Xiang est parmi les disciples de Feng Zhi Qiang (grand maitre de Tai Chi de style Chen) depuis l’âge d’environ 20 ans. Avec plusieurs années de pratique et de défis martials, Chen Xiang était déjà un maître avant même de rencontrer Maitre Feng. Par contre, après quelques années de pratique en Tai Chi, il est devenu selon moi le meilleur disciple de Feng.

Pour ma part, c’est Jean-Claude Steiner qui me l’a présenté à l’été 1996. À l’époque, Chen Xiang n’avait que quelques étudiants et parmi ceux-ci figurait 2 étudiants étrangers soit Jean-Claude Steiner et Kiran Buzzi (étudiants de la Suisse à l’Université des Sports de Beijing).

Mon premier cours fut à l’extérieur juste à côté du centre d’entrainement de l’équipe de soccer professionnelle de Beijing. On ne peut pas dire que c’était un parc car c’était trop petit pour ca mais quant même il y avait des arbres et nous étions plus ou moins à l’abris des regards de la plupart des gens qui préféraient regarder les joueurs de soccer. Au début, j’était seulement curieux de voir comment était Chen Xiang, car selon les nombreuses histoires racontées par Jean-Claude, il était très impressionant.

L’habitude des maitres d’arts martiaux est toujours de savoir et de voir les qualités et la technique de leur invités alors Chen Xiang m’a demandé quels styles ou formes je pratiquais à l’instant. Je lui répondit qu’à l’Université j’étais présentement entrain d’apprendre une forme de Ba Gua Zhang. Alors il m’a demandé de lui faire une démonstration. Après la démonstration, il me dit OK, ca ressemble à du Ba Gua mais ce n’est pas du Ba Gua. Je me suis donc posé la question, lui qui était maitre en Tai Chi et Baji, qu’est-ce qu’il pouvait bien savoir ? Mais à ma surprise, il commenca à me parler et faire une démonstration de Ba Gua qui était des plus impressionnante, en plus de faire des mouvements improvisé et de parler il fesait même les applications des mouvements sur les autres étudiants pour bien expliquer toutes les nuances des mouvements. J’étais vraiment impressionné ! Ensuite je lui ai demandé quel type de Ba Gua est-ce que c’était ? il me répondit, du Ba Gua en ligne. Alors je me suis dit non non non, impossible! les particularités du Ba Gua sont qu’il est en rond et tourne toujours donc c’est surement une forme peu connu ou bien modifiée. Chen Xiang m’a dit que dans sa jeunesse il a aussi eu la chance d’étudier avec un grand maitre de Ba Gua (j’ai malheureusement oublié le nom) et qu’il lui a transmit une forme peu connu soit les 64 mouvements de Ba Gua en ligne droite; 8 lignes de 8 mouvements. Avec les yeux pétillants, Chen Xiang se doutait bien que j’étais très intéressé et impressionné par cette forme alors il me dit si tu veux apprendre pas de problèmes, tu peux venir avec les 2 autres gars et pendant qu’ils apprennent le Tai Chi, je pourrai te montrer cette forme. J’étais très heureux car le Tai Chi ne m’intéressait pas du tout et j’était un peu paresseux de faire du Ba Ji car je savais que le réchauffement consistait a 15-30 minutes de position du cavalier. Le Ba Gua était parfait pour moi !!!

suite à venir …


Lorsque j’étudiais en Chine, j’avais des cours de Taichi à chaque samedi et dimanche matin au Parc des Bambous. À cette époque, j’étudiais le Tai Chi de style Ruyi avec un maitre du nom de Shi Ming. Maitre Shi, nous exigeait d’arriver 1h d’avance et de faire du Zhang Zhuang (posture statique) durant 1 heure en dessous des arbres, peut importe si la température était à -10. Par la suite, il criait notre nom et nous devions passer devant lui chacun à la fois pour démontrer notre pratique de la semaine. Si nous le méritions, il nous enseignait une nouvelle technique. Cela pouvait prendre plusieurs mois avant d’apprendre un enchainement de 10 mouvements et nous devions être très patient… Maitre Shi était très traditionnel et n’aimait pas du tout qu’on le provoque ou qu’on le pousse à enseigner même pour un gros montant d’argent. Il y avait souvent d’autres étudiants étrangers qui venaient le voir mais puisqu’ils étaient pas assez patient; ils allaient souvent étudier avec quelqu’un d’autre.

Le parc des bambous était très grand et il comptaient plusieurs dizaines de différents maitres d’arts martiaux. L’un d’entre un qui enseignait très près de nous était un japonais. Il était aussi un étudiant de l’Université des Sports de Beijing. Avec un acoutrement chinois traditionnel, il enseignait le style Chen traditionnel qu’il avait appris au village de Chen Jia Gou. Ce style, très explosif est très impressionant et donc de ce fait plusieurs étudiants étrangers si intéressaient. Quant même assez comique que des étudiants étrangers de différents pays s’arrête pour étudier avec un autre étudiant Japonais dans un parc rempli de maitre chinois. 😉 Je n’ai rien contre les japonais. Je voulais simplement dire qu’il ne faut jamais se fier aux apparences et l’habit de fait pas le moine. Même ce professeur japonais aurait avoué lui-même être très en dessous du niveau de maitre Shi, par contre, il devait payer ses études alors il acceptait tous les élèves qui se présentaient à lui.

Pour ma part, je restait en dessous de mon arbre et du coin de l’oeil je pouvait voir les dizaines d’étudiants faire des coups explosifs en frappant le sol et les arbres du parc… Je pouvait aussi souvent entendre maitre Shi dire en marmomant, pauvres étudiants étrangers! Ils ne savent pas du tout ce qu’est le vrai taichi mais pensent tout connaitre …

Une fin de semaine lorsque j’étudiais en Chine, une camarade de classe de mon cours de Tai Chi m’a invité à une conférence privée d’un moine taoiste provenant de la montagne Chang Bai Shan au nord de la Chine. Ce moine avait environ 45 ans mais en paraissait 15 🙂 Il était toujours très souriant et son visage était très rouge. Le but de la conférence était d’en connaitre un peu plus sur la façon de vivre des moines taoistes du nord ainsi que leur pratique martiale.

La conférence a durée toute une journeé et le moine nous enseigna quelques techniques similaire au qigong et au taichi. Il était toujours très humble et relax. Durant la conférence plusieurs invités ont posé différentes questions et le moine nous a fait plusieurs démonstrations hors du commun.

La première démonstration fut lors de la présentation des méridiens, quelques sceptiques voulaient ressentir leur points vitaux et l’énergie circuler dans les méridiens. C’est alors que le moine avec ses doigts seulement et à distance d’environ 5 centimètres pouvait faire entrer et circuler son énergie à-travers le bras d’un des invités. Un autre qui ne ressentait rien a eu droit à une expérience plus douloureuse. Le moine prit un morceau de mouchoir qu’il mit sous un papier d’aluminium sur la main de cette personne. Ensuite, avec ses doigts à distance encore une fois il put faire bruler le mouchoire sous le papier d’aluminium ce qui laissa une brulure assez intense sur la main de cette personne.

Par la suite, nous avons parlé du 3e oeil et la vision des chakras et de l’énergie. Le moine pouvait voir en nous et savoir nos forces et faiblesses de toutes sortes. Encore une fois les sceptiques ont demandés des preuves et le moine leur a dit le nombre de quartiers d’oranges qu’il y avait dans toute les oranges sur la table et à chaque fois qu’ils ouvraient les oranges, le compte était exact.

Ensuite nous sommes sortit à l’extérieur et pendant une pause j’ai demandé au moine s’il pouvait démontré quelques exercices de maitrise de l’énergie. Pour ma part, j’avais déjà cassé des briques avec mon poing et ma paume alors je voulais savoir s’il pouvait en faire autant. C’est alors qu’un autre invité est arrivé avec une brique et voila le moine nous a dit qu’il la casserait d’une façon très différente. Normalement les gens vont mettre leur brique au milieu d’un support ou sur le bord d’un support mais lui, il l’a mis part terre dirrectement sur le sol et puis avec un léger coup avec le tranchant de son poing la brique fendu en 2.

En terminant, le moine nous a aussi parlé de leur mode de vie sur la montagne. Il nous dit que son professeur lui apparait chaque fois qu’il en a besoin. Il rencontre aussi quelque fois des anges, guides, extra-terrestres et autres créatures surnaturelles.

Je ne me rappele pas de tous les détails mais pour l’instant c’est ce qui m’a le plus marqué de cette rencontre 🙂